Bilal Deshayes : le respect de l’histoire et de l’empreinte des lieux

“Mon intention première est de respecter l’être bâti, de prendre en compte l’environnement du projet, la région dans laquelle on est, les matériaux existants et de les sublimer. Je cherche à créer une continuité avec ce que l’architecte avait réalisé initialement et l’environnement tel qu’il est.”


Si chaque projet a ses singularités et les clients leurs propres besoins, il y a un invariant dans le travail de l’architecte d’intérieur franco-libanais Bilal Deshayes : c’est cette volonté de composer avec les spécificités de la région et du bâti existant.

 

 

Ainsi les matériaux naturels, les couleurs et les textures de l’environnement extérieur vont fortement influencer le projet. Par exemple, lors de la rénovation d’une maison à Grimaldi dans le nord de l’Italie, il a privilégié de la pierre naturelle, de la chaux pour les murs qui au-delà de sa qualité esthétique a surtout des propriétés intéressantes, comme celles de laisser respirer les murs. Voilà pourquoi elle est très utilisée traditionnellement dans les habitations de la région. Il laisse de côté le blanc lisse pour une palette faite de terracota qui se marrie à merveille avec les vues sur la mer qu’on a depuis chaque ouverture.

 

Il n’est pas étonnant alors que Bilal cite l’architecte Frank Lloyd Wright comme source d’inspiration. Sa Maison sur la cascade, symbole de l’architecture organique, a redéfini la relation entre l’homme, l’architecture et la nature. Placée au-dessus d’une cascade, elle semble accrochée sur la chute d’eau et fait ainsi partie intégrante du bâti et ainsi de la vie de la famille Kaufmann, commanditaire du projet. Le désir de Wright était de créer une composition unifiée et organique en se limitant à la palette de couleurs de la cascade. Seulement deux couleurs ont été employées partout : un ocre léger pour le béton et un Cherokee rouge pour l’acier.

Cette approche très personnelle de valorisation de l’existant lui vient de ses origines libanaises. Il a été profondément marqué par le fait qu’on rase les maisons traditionnelles pour construire des tours. Cette volonté de préserver le patrimoine et de le faire perdurer a été une impulsion dès le départ et continue encore aujourd’hui d’influencer ses travaux. 

 

En écoutant Bilal, on a envie d’oublier nos boards Pinterest et de se plonger dans l’histoire du lieu et de la région lorsqu’on se lance dans un projet de rénovation. Et en plus, privilégier des matériaux naturels et locaux et des techniques artisanales permet de s’inscrire dans une approche plus écologique et durable. 

 

 

La pièce de mobilier iconique qu'il affectionne

La chaise Superleggera édité par Cassina que créa le maestro italien Gio Ponti. 
Il s’inspire des chaises de pêcheurs de son village d’origine Chiavari. Elle ne fait que 1,7 kg, soit la chaise en bois la plus lègère du monde lors de sa création en 1952
 

Son parcours :

Diplômé de l’Académie Carpentier, Bilal Deshayes débute auprès de Laura Gonzales, puis poursuit son apprentissage dans l’agence de Cyril Vergniol. Il multiplie les projets éclectiques (restaurants, appartements parisiens et résidences à Istanbul et Paros) mêlant univers classique et contemporain. Il fonde alors en 2016 son agence éponyme.

← Article précédent